Le growth hacking en marketing digital

Commencez à écrire ici ...

Le growth hacking, c’est un terme qui fait couler beaucoup d’encre et qui s’infiltre souvent dans les conversations entre les grands marketeurs. Il devient partie intégrante du jargon des entreprises, notamment des startups où « croissance » doit rimer avec « budgets limités ». Malgré la démocratisation progressive de l’expression, la notion de growth hacking demeure encore floue pour bon nombre d’entre nous. Levons le voile sur le sujet !

Growth hacking : quel principe ?

Ce terme devenu incontournable dans le monde du marketing a été, pour la première fois, utilisé par l’entrepreneur américain Sean Ellis. Littéralement, il peut se traduire par « bidouiller la croissance » et tourne alors autour des stratégies menant vers la croissance de l’entreprise. En d’autres mots, il regroupe un ensemble de techniques marketing permettant de développer le business dans un délai déterminé.

Le growth hacking rassemble de multiples domaines, mais les principes utilisés restent les mêmes :

  • L’acquisition ou l’attraction des prospects sur le web

  • L’activation qui consiste à pousser ces prospects à effectuer une action

  • La rétention ou le fait de concrétiser la consommation de l’offre

  • Le revenu : principe relatif à l’enregistrement des gains. Il consiste également à estimer le rapport Coût/ Profit

  • La recommandation, qui est une technique incitant le client à parler de l’entreprise ou du produit à ses proches.

Growth hacking : son application dans le webmarketing

Cette technique est-elle l’avenir du webmarketing ? Lorsque l’expert en marketing digital a épuisé tous les moyens classiques du webmarketing, il se penche sur des techniques plus innovantes. Le growth hacking s’écarte alors des manières traditionnelles d’atteindre la croissance. Outre les grandes plateformes comme Twitter, Instagram et Hotmail, de nombreuses entreprises saisissent déjà le concept pour développer leur webmarketing.

Quels sont les avantages du growth hacking ?

Le recours à cette technique affecte les entités sur plusieurs plans, et cela de manière positive. Parmi les avantages du growth hacking, on peut évoquer :
  • La prouvabilité des résultats 

Comme cette stratégie marketing se base sur des données précises, l’efficacité des tâches menées peut être mesurée. Le growth hacking accorde alors une image de la performance des techniques. Il permet de jauger les actions mises en œuvre.

  • Une possibilité d’améliorer l’offre

Comme les growth hackers ont une idée claire sur les résultats obtenus, ils peuvent alors ajuster les produits proposés ainsi que les stratégies à choisir. Les différentes méthodes utilisées permettent également de mieux creuser sur les demandes, les intérêts et les préférences du public. Résultat ? Les offres de l’entreprise répondent mieux aux attentes de la clientèle, ce qui assure la hausse des chiffres d’affaires.

  • L’optimisation du budget

Les techniques conventionnelles de marketing sont souvent trop onéreuses, notamment pour les entreprises de petite taille. Afin de diminuer les coûts, il faut alors innover à travers le growth hacking et ses pistes non encore explorées.


Bon à savoir sur le growth hacking

Il est d’abord à souligner que ce concept est plutôt un état d’esprit qu’une discipline. Il touche à divers domaines : du community management aux compétences UI/ UX, en passant par le référencement et le storytelling. Le growth hacking repose sur des hypothèses, puis des tests et de leurs suivis. Il exige une bonne dose d’innovation, et incite souvent à sortir des sentiers battus.

Pour avancer dans le processus, vous pouvez commencer par des tâches simples avec des outils que toute l’équipe peut utiliser. Les actions nécessitent du temps et des ressources techniques, notamment à l’étape du suivi. Ce qui pousse à évaluer si vos moyens humains et matériels suffisent pour l’intervention. Autrement, mieux vaut solliciter une agence digitale à Paris, qui s’assure des actions à effectuer à votre place.